COMMENT TRAVAILLER LES ÉTUDES DE CHOPIN? →     Introduction     op. 10 n° 1     op. 10 n° 7     op. 10 n° 12 (vidéo)     op. 25 n° 11 (vidéo)     op. posth. n° 1 (vidéo)
COMMENT JOUER LISZT PLUS FACILEMENT ET PLUS CORRECTEMENT? →     Citations de Liszt et Chopin     Sonate en si mineur     Mazeppa     Feux-follets

Technique pianistique - Glossaire

6. La fixation et la stabilisation

1. La fixation de l’articulation

Il s'agit d’une immobilisation temporaire de l’articulation des membres qu'elle relie (ex: l’avant-bras et le bras ou les phalanges) voisines du doigt) dans une position bien précise. Ces fixations des articulations peuvent être musculaires ou ligamentaires .

La fixation musculaire crée une résistance au sein de l’articulation à travers une augmentation de la tension des muscles. C'est un phénomène dynamique, et donc il demande beaucoup d’énergie de la part du pianiste. Il est possible de moduler le niveau de cette fixation pour obtenir des différences de nuances et de sonorité.



Cliquez sur les images Wikipédia

Contrairement à la fixation musculaire, la fixation ligamentaire est statique et demande, par conséquent, beaucoup moins d’efforts. Elle consiste à trouver une position de la main, dans laquelle chaque os qui précède pousse celui qui suit. De cette manière, on obtient une chaîne de fixations, qui va de l’épaule jusqu'au fond de la touche (le pont de Neuhaus). La majeure partie de la force utilisée pour frapper une touche provient alors des muscles de l’épaule et des hanches (ces dernières font bouger la masse du torse), et seule la gestion de cette force incombe aux muscles faibles des mains et des doigts.


2. La stabilisation de l’articulation
Il s’agit, tout simplement, d’une fixation très faible . J’emprunte ce terme très juste à Cz.Sielużycki (►Bibliographie) qui l’utilise pour se rapporter à [...] une légère tension statique, c’est-à-dire seulement à un ‘maintien’ du membre en position” et “pour faire la différence avec des tensions plus fortes”, tout en précisant dans une annotation que “Le niveau d’une fixation de type stabilisation des membres mobiles pendant le jeu est tellement faible qu’il peut être qualifié - selon le prof. Jan Ekier - de tension instrumentale nulle”.* La stabilisation est largement employée dans la technique pianistique avancée, et plus particulièrement dans les mouvements de projection ou d’inertie pour accompagner les fixations ligamentaires.
_________________________
*Czesław Sielużycki - “La main du pianiste” p. 111, Édition Polonaise de Musique, Cracovie 1982

 

OUVREZ “Opinions sur le site des internautes et de mes élèves”
OU
↓ Passez le curseur sur le texte ci-dessous ↓
  • 01.jpg
  • 02.jpg
  • 03.jpg
  • 04.jpg
  • 05.jpg
  • 06.jpg
  • 07.jpg
  • 08.jpg
  • 09.jpg
  • 10.jpg
Vous êtes ici : Info 2 6. La fixation et la stabilisation