COMMENT TRAVAILLER LES ÉTUDES DE CHOPIN? →     Introduction     op. 10 n° 1     op. 10 n° 7     op. 10 n° 12 (vidéo)     op. 25 n° 11 (vidéo)     op. posth. n° 1 (vidéo)
COMMENT JOUER LISZT PLUS FACILEMENT ET PLUS CORRECTEMENT? →     Citations de Liszt et Chopin     Sonate en si mineur     Mazeppa     Feux-follets

Technique pianistique - Glossaire

5. Vol plané et adhérence (rampement)

[...] après un concert bien réussi [...] une artiste me fit un compli-ment agréable: ‘Vos mains volaient sur le piano comme les oiseaux’.
Alors je me souvins du conseil de Liszt:
‘Les mains doivent planer plus qu’adhérer aux touches’
”.
Original en allemand: “Die Hände müssen mehr schweben, als an den Tasten kleben”.
Heinrich Neuhaus - “L'Art du piano”, p. 134, Éd. Van de Velde, Paris 1971

La fonction des doigts est de frapper les touches à la verticale, et non pas de faire déplacer la main horizontalement vers le haut ou le bas du clavier (c'est-à-dire à droite et à gauche). C'est l'épaule qui doit se charger de cette dernière tâche, et parfois même (bien que plus rarement) le corps entier du pianiste. De manière générale, c'est-à-dire sans entrer dans les détails des différences entre un jeu rapide et lent, l'utilisation du mécanisme de “vol plané” implique un déplacement de la main (en tant que membre) sur les côtés par l'épaule. Quant aux doigts, ils frappent, comme un peu par hasard, les touches choisies.

La meilleure façon d'obtenir un bon “vol plané” consiste à soulever légèrement les épaules et à les rapprocher un peu l'une de l'autre. Cela permet d'intégrer les mains (en tant que membres) non pas dans une masse de muscles inertes, mais dans un bloc compact et élastique rendant possible un déplacement rapide et précis de l'appareil moteur (cette question est développée dans le chapitre 7).

Chaque relâchement excessif des muscles de l'épaule, tout comme chaque utilisation d'un doigt pour effectuer un déplacement de la main, provoque, à un tempo élevé, une “adhérence” (ou un “rampement”) c'est-à-dire une surcharge des muscles faibles du doigt, qui colle tout l'appareil moteur au clavier. Résultat, les muscles du bras et de l'avant-bras se contractent, ce qui non seulement ralentit le jeu, mais provoque aussi une paralysie temporaire de la main et des douleurs musculaires.

 

OUVREZ “Opinions sur le site des internautes et de mes élèves”
OU
↓ Passez le curseur sur le texte ci-dessous ↓
  • 01.jpg
  • 02.jpg
  • 03.jpg
  • 04.jpg
  • 05.jpg
  • 06.jpg
  • 07.jpg
  • 08.jpg
  • 09.jpg
  • 10.jpg
Vous êtes ici : Info 2 5. Vol plané et adhérence