COMMENT TRAVAILLER LES ÉTUDES DE CHOPIN? →     Introduction     op. 10 n° 1     op. 10 n° 7     op. 10 n° 12 (vidéo)     op. 25 n° 11 (vidéo)     op. posth. n° 1 (vidéo)
COMMENT JOUER LISZT PLUS FACILEMENT ET PLUS CORRECTEMENT? →     Citations de Liszt et Chopin     Sonate en si mineur     Mazeppa     Feux-follets

Coaching de piano en ligne - niveau avancé

7. EXEMPLE: Comment se déroulent mes leçons sur internet?

Voici un exemple très simple: Beethoven, la Sonate “facile” en sol majeur op. 49 n° 2.

Vous trouverez sur cette page les extraits de notre correspondance et - avant tout - mes conseils et commentaires sur les vidéos envoyés par mon élève - Alexis, 27 ans. Il m’avait contacté en exprimant son mécontentement au sujet de son enseignement pianistique antérieur.

ALEXIS - 5 juin 2013
[après quelques semaines de travail de base]
J'ai l'impression que mes nouvelles positions de jeu m'ont fait perdre beaucoup de mes repères sur le clavier, et il s'en suit un jeu plein de fautes et réellement incorrect. On dirait presque que je redéchiffre le morceau. Mais à côté de cela, toutes les petites douleurs que je ressentais aux bras et aux mains après avoir travaillé longtemps se sont complètement envolées, et il en est de même pour les grosses douleurs que j'avais niveau du dos. Je peux, depuis, rester 4 heures devant mon piano sans aucun besoin de faire de pose. Je pense donc que cette situation est normale et qu'il faut tout simplement que je m'habitue à mes nouveaux points d'appui.

AW - 5 juin 2013
J’apprécie beaucoup votre assiduité, mais il n'est pas raisonnable de travailler 4 heures d'affilée. Ce n'est pas la question de résister assis sur la banquette, mais de garder l'attention éveillée, fraîche à tout instant pour contrôler les moindres détails. Il faut faire au moins de petites pauses toutes les 30 à 45 min. Travailler la musique, c’est surtout un effort considérable pour le cerveau. Le surcharger, c’est contre-productif, parce que par manque de concentration, vous risquez faire des erreurs et les mémoriser.

AW - 12 juin 2013
[nous commençons à travailler la Sonate en sol majeur op. 49 n° 2 de Beethoven]

Voici les deux premières pages de votre partition avec mon doigté.

Concernant le doigté

Il doit être uniformisé, le plus schématique possible, c’est-à-dire on doit jouer avec le même doigté les groupes identiques ou similaires. Bien évidemment, il faut rester raisonnable - le doigté doit être avant tout facile et confortable. Parfois il est donc préférable d’utiliser plutôt le doigté irrégulier, mais plus facile. Le plus souvent dans la pratique, on est contraint de faire un compromis: on doit choisir entre deux doigté (ou plus) dont chacun représente en même temps des avantages et des inconvénients. Dans ce cas-là, on adopte le doigté le plus “rentable”, c'est-à-dire le plus facile à mémoriser - aussi bien par le cerveau que par les muscles. C’est très individuel - chacun doit choisir pour soi-même.

En principe, une fois la version finale établie, il ne faut jamais changer de doigté. Mais il y a des exceptions - si dans un endroit le doigté ne vous convient pas, faites-le moi savoir. A suivre…

AW - 12 juin 2013
● Position: reculez un peu la banquette et placez-vous sur sa moitié et non sur 90%
● Le dos, c’est bcp mieux
● mes. 1 et 5: bravo pour les mvts du corps
● mes. 9-10: Il faut que vous appreniez une nouvelle technique - de lever la fin de liaison. Regardez les schémas, photos, ainsi que ma vidéo - l’essentiel, c’est le mvt circulaire du poignet, mais c’est un processus assez complexe engageant en même temps les mvts du dos et même de la tête

ALEXIS - 4 juillet 2013
Mon travail reste complètement improductif, autant au niveau des doigtés, qu'il m'est impossible de mémoriser car ils ne me sont pas naturels, qu'au niveau du jeu, que je n'arrive plus à contrôler. N'ayant pour l'instant plus aucun plaisir à travailler et à jouer, je ferme mon piano pendant quelques temps.

AW - 7 juillet 2013
Je comprends entièrement vos soucis parce que je connais vos symptômes depuis très longtemps. Vous êtes habitué à jouer depuis toujours d’une certaine manière et avec un certain doigté. Bien que vos habitudes ne soient pas très correctes, elles vous conviennent pour faire de la musique pour votre plaisir.

Mais je ne peux pas vous enseigner avec une méthode moins bonne et vous permettre de conserver vos erreurs du passé. Je vous rappelle que vous m’avez contacté pour améliorer votre technique! Un changement radical donne des frustrations - c’est tout à fait normal. Une nouvelle paire de chaussures, même d’une très bonne marque, sera toujours au début de son utilisation plus ou moins inconfortable. Imaginez alors combien de temps (et de travail) il faudrait pour effacer 20 ans de mauvaises habitudes et les remplacer par des bonnes?

[Pendant les vacances d’été Alexis travaille d’autres morceaux. Fin août, je lui ai donné des exercices qui serviront à surmonter son principal (pour le moment) problème technique - jouer correctement des fins de liaisons. Ces exercices le prépareront au retour à la Sonate de Beethoven.]

Exercices
Pour lever la main à la fin de chaque liaison
Pour les triolets réguliers

 

AW - 12 septembre 2013
Les exercices, c’est parfait. Il est temps maintenant de les appliquer. Vous allez revenir sur Beethoven - exemples dans la partition ci-jointe.
● 9 - pas de point de staccato à la fin de liaison, alors il faut lever un peu moins
brusquement.
● 15 - ici on doit même tenir les noires à la fin, mais le geste reste pareil.

AW - 4 octobre 2013
Faites bien attention! Les erreurs que vous avez corrigées reviennent!
● une petite liste - rappel de corrections non effectuées [...]

ALEXIS - 4 octobre 2013
J'ai passé tout mon temps à me concentrer sur le métronome pour faire ces 3 enregistrements, ce qui était un erreur de ma part, car du coup, je n'ai pas accordé d'attention au son, et je savais dès le début que je n'aurais pas le temps de faire ce travail sur les 3 tempi (tempos). J'aurais dû n'en faire qu'un et plus correctement. De plus, lorsque je jouais sans métronome, je sentais mon rythme se dérégler à nouveau, sans arriver encore à le stabiliser, ce qui a fait que je n'ai accordé d'attention qu'au métronome.

AW - 6 octobre 2013
Au passage, je voudrais vous sensibiliser au niveau de la théorie de l’apprentissage. Un processus efficace d’apprentissage doit comporter les 4 étapes suivantes:
1.  Présentation (c’est-à-dire la compréhension théorique du problème)
2.  Exercices (on essaie de faire quelque chose correctement)
3.  Application (on approfondi l’étape précédente en l’appliquant dans le contexte concret du
morceau)
4.  Automatisation (développement des bons reflexes en répétant les centaines de fois
UNIQUEMENT des bonnes versions).

Dans votre cas (je veux dire dans la dernière vidéo), il vous a manqué la 4th étape c'est pourquoi, les résultats de votre travail n’ont pas tenu.

En tout cas, retenez que depuis toujours “Repetitio est mater studiorum”. Mais ATTENTION : si vous répétez assidûment une MAUVAISE chose, elle s’installe dans votre cerveau, dans vos reflexes et après, c’est très difficile de s’en débarrasser.

AW - 27 octobre 2013
Alexis, je suis fier de vous! Très bon travail. Et je ne fais pas de cadeaux, vous pouvez me croire Seul petit reproche - vous êtes toujours collé à la partition. Laissez impérativement ces 2 premières pages (= ne jouez plus du tout), car l’écart avec le reste devient trop important.

ALEXIS - 28 octobre 2013
Je suis vraiment très content d'avoir obtenu ce résultat, je sentais que ça commençais à changer sur la première partie du morceau, de bons mécanismes commencent à se mettre en place et avec cela, plus de sûreté dans le jeu. Vraiment un grand merci à vous.

***

Bien évidemment, ce ne sont que des extraits de quelques e-mails de notre échange.

 

OUVREZ “Opinions sur le site des internautes et de mes élèves”
OU
↓ Passez le curseur sur le texte ci-dessous ↓
  • 01.jpg
  • 02.jpg
  • 03.jpg
  • 04.jpg
  • 05.jpg
  • 06.jpg
  • 07.jpg
  • 08.jpg
  • 09.jpg
  • 10.jpg
Vous êtes ici : Coaching de piano - liste des articles 7. Exemple d'une lesson